Acouphènes & Sophrologie

Contrairement aux idées reçues, il est possible d’agir sur les acouphènes et d’en diminuer leur intensité, voire même dans certains cas de les oublier complètement !

Si, si, c’est possible. Voyons tout cela d’un peu plus près.

Les acouphènes, c’est quoi ?

Les acouphènes sont des sons « parasites », des sensations auditives de sifflement, de tintement ou de bourdonnement perçue seulement par celui qui en souffre et qui ne provient d’aucune stimulation extérieure.

Par exemple, ces sons surviennent après exposition à un bruit ou une musique trop forte, et ceux-ci se résorbent généralement naturellement par la suite.

Cependant, dans certains cas, ils persistent dans le temps et peuvent entraîner une réelle gêne au quotidien : on parle d’acouphènes chroniques.

Insomnie, fatigue, irritabilité, troubles de la concentration, isolement, dépression… sont les conséquences de ce malaise qui peut s’avérer très handicapant.

 

Hyperacousie
L’hyperacousie est une hypersensibilité de l’ouïe qui rend l’audition douloureuse de certains sons. Lien de l’article : Sophrologie & Hyperacousie.

Acouphènes : les causes

Bien qu’il existe de multiples causes connues à l’apparition des acouphènes (bruit trop fort, effets secondaires de certains médicaments, stress, bouchon de cérumen, âge, traumatisme…), ceux-ci peuvent également apparaître sans aucune raison particulière.

Stress et acouphènes

Le bruit incessant perçu entraîne bien souvent un stress important. Ce stress lui-même amplifie le phénomène d’acouphènes. Et ainsi de suite. C’est un cercle vicieux qui entretient le malaise.

Le stress est donc un facteur aggravant des acouphènes.

La sophrologie pour les acouphènes

Malgré le nombre important de personnes souffrant de ce malaise (estimation de 2 à 4 millions de français atteints d’acouphènes chronique selon un sondage de 2018), il n’existe aujourd’hui aucun traitement pour soigner les acouphènes. Alors pour soulager ces patients, les médecins ont parfois recours à la sophrologie.

 

« A l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement pour arrêter définitivement le bruit parasite, mais il est possible de faire en sorte qu’il soit beaucoup moins gênant. »

Laurent Frikart, médecin ORL agréé au CHUV 

 

La sophrologie intervient à plusieurs niveaux :

  Gestion du stress

En effet, plus le stress et l’anxiété sont présents, plus l’intensité sonore est élevée. Donc à l’inverse, plus le niveau de stress est bas et plus les acouphènes sont acceptables.

Il s’agit de rompre le cercle vicieux stress / acouphènes :

  • Grâce à des exercices de respiration, relaxation
  • Retrouver le sommeil et récupérer (insomnies)
  • Apprendre à gérer ses émotions, à lâcher-prise
  • Se libérer des peurs et autres sources d’anxiété : crainte de devenir sourd, que les acouphènes ne s’aggravent, peur de devenir fou, peur du regard des autres, du jugement…

  « Oublier » les acouphènes

« Oublier » certains sons, c’est une capacité que nous possédons tous naturellement. Par exemple lorsqu’une horloge est présente dans la pièce ou que nous habitons prêt d’une grande route, le bruit est présent mais nous n’y faisons plus attention, parce que cela est plus confortable. Et bien c’est la même chose avec les acouphènes : nous entraînons notre « cerveau auditif » à intégrer les acouphènes comme un bruit normal de notre environnement. Ils sont toujours là, et pourtant nous ne les entendons plus : ils font partis du décors !

 

  Reconsidérer l’ennemi

Plus nous mettons d’énergie à lutter contre un phénomène, plus nous lui accordons de l’importance, et donc plus nous ne faisons que le renforcer.

Arrêter de lutter contre les acouphènes est une première étape vers un mieux être. Cela peut paraître niaiseux comme approche mais pourtant toute amélioration d’un symptôme passe d’abord par la reconnaissance puis l’acceptation de celui-ci : “plus je vais reconnaître, comprendre le fonctionnement et accepter mes acouphènes sans les condamner  ou les juger, moins je vais vivre les émotions de colère et d’énervement auxquelles je les ai associées, et plus l’intensité des acouphènes diminuera.

  Se reconnecter à son corps, au plaisir

Bien souvent, lorsque notre corps nous fait souffrir, nous avons tendance à nous en “couper”. Nous préférons ne plus ressentir toutes les sensations agréables qui s’y trouve, par souci de confort. Cependant cela n’a pas que des avantages sur le long terme : nous nous coupons des émotions, de la joie, du plaisir… c’est la déprime, puis la dépression s’installe.

C’est pourquoi il est important d’agir afin de se réconcilier avec son corps, de retrouver du plaisir dans son quotidien et d’améliorer sa qualité de vie.

« La sophrologie, pour que votre vie redevienne un plaisir »

Des questions ? Prendre rendez-vous ?

Où me trouver ?

Amaury BRUNEAU

Centre Paramédical Le Palatin, Bureau 211
6 rue Georges Simenon
83400 HYERES

Amaury Bruneau

Sophrologue diplômé RNCP

Parking devant l’immeuble

Contact

07 67 86 10 98

ou

Ecrivez-moi :

Contact Us